Vers l’augmentation du nombre d’étudiants sénégalais dans les écoles militaires de l’Hexagone

Date:

(APS) – Les autorités françaises ont donné ‘’une suite favorable’’ à la demande sénégalaise visant à augmenter le nombre d’étudiants sénégalais dans les écoles militaires françaises, a indiqué l’ambassadeur de France à Dakar, Jean-Christophe Rufin.

La demande sénégalaise a été exprimée dans le cadre des discussions relatives à la mise en place de la plateforme de coopération devant conduire à la réduction de la présence militaire au Sénégal, en mettant fin à l’existence d’une base opérationnelle des forces françaises à Dakar.

Lors de son récent déplacement à Dakar pour discuter avec les autorités de la nouvelle configuration du cadre de la coopération militaire entre les deux pays, le ministre français de la Défense Hervé Morin a ‘’exprimé notre accord à une demande sénégalaise qui est d’augmenter le nombre d’étudiants sénégalais dans les écoles militaires françaises’’, a confié l’ambassadeur français à Sud Quotidien, paru vendredi.

Le ministre français de la Défense s’est à cette occasion ‘’engagé à donner une suite favorable à cette demande’’, a-t-il dit, relevant qu’il y a vingt ans, ‘’il y avait plus de Saint-cyriens (sénégalais) que maintenant’’, au sein de l’armée sénégalaise.

‘’Nous voulons rectifier la tendance. C’est une demande sénégalaise et préoccupation française’’, a dit Jean-Christophe Rufin, ajoutant : ‘’Tout cela va rester’’ dans le nouveau schéma, ‘’mais il est vrai que les fonctions vont changer’’.

Selon le diplomate européen, les missions de soutien à l’armée sénégalaise vont demeurer pour l’essentiel et vont par exemple consister à équiper, entraîner et instruire les bataillons sénégalais choisis pour les opérations de maintien de la paix.

‘’Nous aurons ce que l’on appelle une plateforme de coopération. Ceux (militaires français) qui resteront dans ce cadre seront comme nos actuels coopérants, et auront pour principales missions des tâches d’encadrement, de formation, etc.’’, a-t-il expliqué.

‘’Le terme de « base » défini du point de vue militaire, c’est un ensemble de troupes à finalité et moyens opérationnels. Cela ne devrait donc plus être la même chose après ces accords’’, a-t-il précisé.

Le porte-parole de la présidence sénégalaise a annoncé récemment que le Sénégal et la France ont décidé du retrait prochain des bases françaises, maintenues à Dakar cinquante ans après l’indépendance. L’accord visant cette décision sera paraphé par les deux parties avant le 4 avril 2010, avait précisé Mamadou Bamba Ndiaye.

La partie française a par la suite précisé qu’il s’agira d’un retrait progressif et partiel, au terme desquels 300 militaires français resteront encore sur le territoire sénégalais, sur les 1200 cantonnés dans les différentes bases abritant les forces françaises à Dakar.

‘’Si on doit voir une rupture dans la démarche française, je la cherche plutôt dans une pratique qui est de plus en plus nous mettre en situation de devoir intervenir au secours de tel ou tel régime sur la base de clauses contraignantes figurant dans des accords’’, a commenté l’ambassadeur français.

BK

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Effondrement d’un immeuble à Khar Yalla : Quatre personnes arrêtées pour homicides involontaires

XALIMANEWS-L'enquête en cours, dirigée par le commissaire de Grand-Yoff,...

Effondrement d’un immeuble à Khar Yalla : au moins cinq morts enregistrés 

XALIMANEWS-Un immeuble de trois étages situé dans le quartier...

[Vidéo] Tragédie à Liberté 6 : Un bâtiment de trois étages s’effondre en pleine nuit

XALIMANEWS-Un immeuble de trois étages s'est effondré à Liberté...

Coopération : A Rome, Macky Sall appelle à davantage accorder la priorité à l’investissement

XALIMANEWS-Le président sénégalais, Macky Sall a souligné, lundi à...