CELEBRATION HIER DE LA JOURNEE MONDIALE CONTRE LE PALUDISME COCKY, le point d’orgue des nouvelles stratégies

Date:

La direction pour l’Afrique de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a invité hier mardi la Communauté internationale à mieux s’armer pour relever les défis cruciaux liés à la faible capacité de surveillance, de suivi d’évaluation et de recherche contre le paludisme. L’Institution onusienne a surtout interpellé les chefs d’Etats sur le suivi de la résistance du parasite aux médicaments et celle du moustique aux insecticides. C’était à l’occasion hier mardi de la Journée mondiale de lutte contre cette maladie, une édition célébrée cette année à Cocky, une localité située à une trentaine de Kilomètres de la région de Louga.

La célébration au Sénégal hier mardi, de la Journée mondiale de lutte contre le Paludisme, à cocky, soit à une trentaine de kilomètres de la région de Louga. A l’occasion le Représentant de l’OMS a livré le message du directeur général pour l’Afrique de cette institution onusienne devant les partenaires au développement, les autorités étatiques et de nombreuses populations de cette localité. Un message qui avait un cachet à la fois d’encouragement pour les efforts déployés dans la lutte contre le fléau et d’alerte par rapport au chemin qui reste à parcourir. En effet après avoir salué les progrès réalisés par les pays et les engagements des Chefs d’Etat de l’Union africaine d’avoir inscrit le paludisme dans les priorités de leur agenda, il a alerté le continent sur le travail qui reste dans la région où l’on fait état de plus en plus de cas de décès liés au paludisme. En effet le continent africain abrite à lui seul 795 millions de personnes exposées au malaria. Le patron de l’OMS fera également remarquer que 90 % des cas décès pour cause de cette maladie sont localisés en Afrique.

En arrière plan, précise le Dr Louis Gomes Sambo, les femmes enceintes, les personnes vivants avec le Vih/sida, les victimes des troubles et des catastrophes, ainsi que les voyageurs non immunisés constituent les franges les plus vulnérables. Ainsi il a lancé un appel aux gouvernements, aux parlementaires, aux organisations non gouvernementales, au secteur privé et à toutes les communautés ; pour qu’ils fassent ensemble le point des réalisations en vue d’accélérer davantage la prévention et le contrôle du paludisme sur le continent.

Le ministre de la Santé et de la Prévention maître d’œuvre de l’évènement, après avoir salué la mobilisation de la région de Ndiambour et l’engagement des populations de Cocky, qui ont eu un impact positif sur les cas de morbidité et de mortalité palustre ; est largement revenu sur la nouvelle stratégie sénégalaise « un lit, une moustiquaire », qui est en cours d’exécution. Ainsi, après la couverture des régions de Kédougou, Tambacounda, Kolda, Sédhiou, Kaolack et Kaffrine d’autres sont prévues d’ici la fin du mois de mai 2011. Il s’agit de Diourbel et Fatick, a précisé le ministre de la Santé et de la Prévention, Modou Diagne Fada qui a rappelé à l’occasion que le secteur regorge d’opportunités.
sudonline.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

France : Stéphane Séjourné sur le franc CFA, « Si les pays africains se mettent d’accord pour changer le nom, c’est de la souveraineté des...

XALIMANEWS-Le ministre français Affaires étrangères Stéphane Séjourné a accordé un entretien...

Football-Match amical : le Sénégal en maîtrise face au Gabon (3-0)

XALIMANEWS-Ce vendredi soir à Amiens au stade de la...