Conflit casamançais : Fatou Sow Sarr plaide pour une ‘’solution des femmes’’

Date:

La sociologue sénégalaise Fatou Sarr Sow a plaidé pour une ‘’solution des femmes’’ au conflit armé qui secoue la Casamance (région sud du pays), depuis plus de 20 ans, et affirmé que celles-ci ’’font partie de la solution’’ .

‘’Depuis plus de vingt ans que les hommes n’ont pas réussi (NDRL : résoudre le conflit armé), il faut peut-être aller vers la solution des femmes’’, a préconisé Fatou Sarr Sow qui était dimanche, l’invitée du Grand Jury, une émission de la RFM.

‘’Je ne dis pas que ce sont les femmes qui trouveront la solution, mais elles font partie de la solution’’, a souligné Mme Sow, directrice du Laboratoire genre de l’Institut fondamental d’Afrique noire (IFAN Cheikh Anta Diop) de Dakar.

Elle a également invité à ‘’retourner aux fondamentaux socioculturels pour voir la part de chacun dans cet espace’’ qu’est la Casamance.

A cet égard, Fatou Sarr Sow a rappelé que ‘’la guerre a commencé avec la bénédiction de femmes’’ initiées, avant de soutenir que ‘’les femmes ont une part importante ‘’ à jouer dans la résolution de ce conflit.

Selon elle, la manière dont on a géré la guerre en Casamance a toujours été politico-administrative’’, au détriment de l’approche ‘’socioculturelle’’.

Des centaines de femmes dont celles du Bois sacré ont marché, vendredi dernier à Ziguinchor de la place Gao à la gouvernance où elles ont remis un mémorandum au gouverneur de la région.

Dans leur mémorandum, les femmes, ‘’fortes de (leur) devoir de donneuses et de protectrices de la vie’’, ont exigé ‘’ de tous (Etat et MFDC), l’arrêt immédiat de ces tueries sauvages’’ en Casamance.

Trois militaires ont été tués jeudi, dans des affrontements avec des rebelles, portant à 12 le nombre de soldats morts dans cette région en moins de trois semaines.

Aps

1 COMMENTAIRE

  1. Arrêtons les frais

    Le poids économique , social et culturel des femmes en périodes de paix comme en période de guerre est indiscutable.
    Dans les deux cas de figure, elles jouent une partition symphonique principale.
    On n’en dira pas autant pour certains journalistes qui se distinguent chaque jour que DIEU fait par leur arrogance, leur condescendance, leur ignorance, leur égoïsme, leur intolérance.
    Assimiler la Gambie à un suppositoire mérite d’être inscrit dans le Guiness du crétinisme. Je vous laisse deviner à quoi rassemble le Sénégal dans cette projection malsaine et indécente, déplacée et impertinente .
    Certes, on peut comprendre dans le cadre d’une saine concurrence, que les ambitions se débrident , mais q’on ne fasse pas n’importe quoi, n’importe où quand on est un leader d’opinions. On peut être négatif, être le porte drapeau de questions tendancieuses, être présomptueux à souhait… mais à quel prix ?.
    « Kadou dagnou koy wodou ».
    Un fois de plus, le conflit qui se déroule dans le sud de notre pays est trop sérieux pour le laisser entre les mains d’opportunistes obnubilés par la seule volonté de se mettre au devant de la scène, même au risque de monter sur le podium pour y figurer à la première place de…..la bêtise humaine.
    Des émissions telles que « remue ménage » sont trop importantes dans la formation et l’information du citoyen. Les invités qui font le débat et les sénégalais qui l’écoutent méritent du respect et de la considération.
    A bon entendeur……

    Magatte Ibnou TALL

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Prévision des recettes pétrolières : Le FMI demande au Sénégal de revoir sa copie du budget 2024

XALIMANEWS- Lors de la réunion à Washington avec les...

Tabaski 2024 : Le Premier ministre annonce des mesures pour garantir l’approvisionnement en moutons

XALIMANEWS- Les préparatifs de la Tabaski font partie des...

Alerte, le Sénégal aurait-il basculé vers un régime parlementaire ? (Par Mamadou Thiam)

La lecture des premiers décrets portant attribution des ministres...