L’Avocat américain de Laurent Gbagbo jette l’éponge (Lettre)

Date:

Ambassadeur Charles Koffee
Ambassade de Côte d’Ivoire
2424 Massachusetts Avenue
Washington DC 20008

29 décembre 2010

Monsieur l’Ambassadeur,

Comme je l’ai dit publiquement dans ma déclaration le 20 Décembre, ma mission n’était pas de dire qui a gagné ou qui a perdu les élections ou de déterminer qui a raison ou qui a tort, mais d’aider à résoudre cette crise pacifiquement, par le dialogue, la médiation et avec la participation décisive de la communauté internationale.

Comme vous le savez Monsieur l’Ambassadeur, dès les premiers moments de mon engagement, j’ai publiquement exhorté M. Gbagbo à requérir une enquête internationale indépendante sur ses allégations de fraude électorale et de violence, et à respecter les résultats de cet examen, comme un chemin vers la résolution pacifique et médiatisée de cette crise.

Au cours de ces dix derniers jours, j’ai parlé à plusieurs reprises avec un haut fonctionnaire du Département d’État à cette fin, et en particulier pour faciliter une communication entre le président des États-Unis et M. Gbagbo afin que M. Gbagbo se voit proposer les différentes options pour un règlement pacifique, ce qui éviterait de nouvelles effusions de sang et dans l’intérêt de son pays et du peuple de Côte d’Ivoire. Il n’y a aucune excuse pour un retour à la violence ou la guerre civile.

Malheureusement, comme vous le savez, la décision a été prise à Abidjan de ne pas autoriser l’appel du président Obama à être mis en communication avec M. Gbagbo, en dépit de mes objections répétées à cette décision. Et je n’ai pas pu parvenir à joindre directement M. Gbagbo pour lui donner ce conseil, malgré des demandes répétées, jusqu’à ces dernières vingt-quatre heures. Par conséquent, sans entrer dans les détails en ce qui concerne les désaccords que vous connaissez entre les représentants du gouvernement et moi-même, je suis arrivé à la conclusion qu’il ne m’a pas été permis d’effectuer la mission dont j’avais été expressément chargé par votre gouvernement, en dépit tous mes efforts pour y parvenir.

Je ne peux donc pas, en conscience, continuer à représenter votre gouvernement. C’est une décision difficile pour moi parce que je croyais vraiment que je pourrais aider à trouver une solution pacifique conformément aux préoccupations de la communauté internationale et aux intérêts du peuple de Côte d’Ivoire pour éviter de nouvelles effusions de sang.

Ma décision est définitive. Je vais continuer à faire tout mon possible pour aider à encourager les parties à résoudre cette question pacifiquement, par le dialogue et la médiation et la non-violence, mais pour les raisons exprimées ci-dessus je ne pourrai plus être en mesure de le faire en tant que représentant de votre gouvernement.

Cordialement,

Lanny J. Davis

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Prévision des recettes pétrolières : Le FMI demande au Sénégal de revoir sa copie du budget 2024

XALIMANEWS- Lors de la réunion à Washington avec les...

Tabaski 2024 : Le Premier ministre annonce des mesures pour garantir l’approvisionnement en moutons

XALIMANEWS- Les préparatifs de la Tabaski font partie des...

Alerte, le Sénégal aurait-il basculé vers un régime parlementaire ? (Par Mamadou Thiam)

La lecture des premiers décrets portant attribution des ministres...