Le Mfdc récuse Souleymane Ndéné Ndiaye et le colonel Malick Cissé

Date:

On comprend maintenant pourquoi ça coince dans la résolution de la rébellion qui sévit au sud du pays ! De sources dignes de foi, le Mouvement des forces démocratiques de Casamance (Mfdc) récuse le Premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye et le conseiller du chef de l’Etat, le colonel Malick Ciss, pour parler avec le maquis du conflit casamançais. D’ailleurs, à maintes reprises, le chef du Gouvernement et Malick Cissé ont tenté de joindre au téléphone César Atout Badiate, qui a catégoriquement refusé de s’entretenir avec eux au bout du fil.

Le point mort noté dans la recherche d’une résolution définitive de la crise qui sévit en Casamance n’est guère un accident de l’histoire. En effet, de sources dignes de foi, le Mouvement des forces démocratiques de Casamance (Mfdc) récuse le Premier ministre, Souleymane Ndéné Ndiaye, ainsi que le colonel Malick Cissé. « Aussi bien Salif Sadio que César Atout Badiate ne feront plus jamais du chef du Gouvernement et du conseiller du président Wade leurs interlocuteurs pour parler du conflit qui sévit au sud du pays », ajoutent nos mêmes sources. Qui confient d’ailleurs, que maintes fois, Souleymane Ndéné Ndiaye et Malick Cissé, en compagnie d’un des émissaires du maquis, ont tenté de joindre au téléphone César Atout Badiate.

« La première tentative des autorités sénégalaises d’entrer en contact avec le maquis avait eu lieu à la Primature, la seconde chez le chef du gouvernement », précisent nos sources. Mais ce dernier a catégoriquement refusé de leur parler au bout du fil. Et c’est son lieutenant François Sambou que César Atout Badiate avait instruit pour dire au Premier ministre et au colonel que le maquis les récuse pour de bon.

Même si le Gouvernement garde cela secret depuis quelque temps, il n’en demeure pas moins que cette décision du maquis survient après que Souleymane Ndéné Ndiaye a déclaré le jeudi 22 Avril, à Ziguinchor, la volonté du Gouvernement d’aller à la table des négociations avec le Mfdc. Mieux, ce jour-là, le Premier ministre avait martelé que « le Gouvernement est prêt à ces négociations dans le territoire sénégalais. Que ce soit à Ziguinchor, Bignona, Oussouye, Thiès, Foundiougne, ou dans n’importe quel lieu du pays ». Non sans marteler : « la délégation a été constituée déjà. Nous attendons juste qu’ils nous disent quand est-ce qu’ils seront prêts. Et c’est le ministre de l’Intérieur, Bécaye Diop, qui conduira la délégation gouvernementale à ces négociations ».

L’un des émissaires du Mfdc confirme la rupture de tout contact entre le maquis et le Premier ministre

Joint au téléphone, Émile Zola Coly, l’un des émissaires du Mfdc, confirme nos informations : « autant il avait récusé Cheikh Tidiane Sy, autant le maquis n’accepte plus de parler avec le Premier ministre et le colonel Cissé, pour la seule et simple raison qu’il ne leur fait plus confiance », dit-il. C’est pourquoi, ajoute Émile Zola Coly, « le maquis demande à l’Etat de prendre ses responsabilités en désignant des interlocuteurs dignes de confiance, s’il tient à la fin de la crise ».

Tout porte à croire que ce n’est pas demain qu’on verra le bout du tunnel en ce qui concerne le règlement du conflit qui sévit au sud du pays. D’autant qu’on se rappelle la sortie fracassante du secrétaire de l’aile extérieure du Mfdc, il y a de cela quelques mois, déclarant à qui veut l’entendre qu’aucune négociation ne se fera avant la tenue d’assises inter-Mfdc pour former un bureau ». Ce qui nous permettra, disait-il, « de préparer les négociations en ayant tous les éléments de réponse aux questions suivantes : pourquoi on doit négocier, qu’est-ce qu’on doit négocier et avec qui ? ».

Daouda Thiam

lasquotidien.info

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE