Prodac & Cie. De la légalisation du pillage à la criminalisation de la dénonciation (Par Boubacar Sall)

Date:

Sous la gouvernance actuelle au Sénégal nous assistons à deux règles que l’on ne rencontre nulle part ailleurs au monde :

** La légalisation du pillage des ressources publiques

** La criminalisation de la dénonciation du pillage des ressources publiques

Ces deux règles ont été rendues possibles aux moyens : 1° du pouvoir des décrets, 2° de l’instrumentalisation du Pouvoir Judiciaire. Le modus operandi consiste entre autres en :

** Des décrets qui suspendent les procédures de contrôle des achats publics afin de faciliter les pillages. A titre d’exemple, les décrets ayant rendu possible le carnage financier du Covid-Gate

** Des décrets pour la mise en place de projets, de programmes, de fonds spéciaux avec comme soubassement la prédation des ressources. A titre d’exemple, la création du Fond Force Covid-19, le Plan décennal de lutte contre les inondations, …..

** Des décrets de nominations de prédateurs de deniers publics confirmés. A titre d’exemple, la nomination de la quasi-totalité des délinquants épinglés par la CREI

** Des décrets de promotion de malfaiteurs épinglés par des corps de contrôle. A titre d’exemple, la promotion de Mame Mbaye Niang (Prodac – Pointe Sarene), de Cheikh Oumar Hann (Coud), de Mamour Diallo (94 milliards), Mansour Faye (Sen-Eau, CovidGate)

** Des décrets pour le limogeage ou la mutation de magistrats et fonctionnaires trop portés dans la bonne gouvernance des ressources publiques

** Placer au niveau de certaines juridictions des magistrats chargés d’exécuter des basses œuvres et des commandes judiciaires. Parmi ces stations, Procureur Général, Procureur de la République, Doyen des Juges, Juges d’Instruction, Juges de siège.

** Estampiller « Confidentiel » ou « Secret défense » des contrats nébuleux, des rapports de corps de contrôle ayant épinglé des pilleurs de deniers publics. A titre d’exemple, le contrat d’armement de 45 Milliards, le rapport Ofnac sur le Coud, etc…

** L’Auto saisine du Procureur (toujours actionné par son patron embusqué) pour des broutilles contre certains dénonciateurs de la mal gouvernance. Des dizaines d’arrestations déjà enregistrées tels que celles de Boubacar Seye (Horizon Sans Frontière), de Pape Alé Niang (Journaliste), de Adama Gaye (Journaliste, Chroniqueur), ….

** Le classement sous le coude du Président ou dans les tiroirs du Procureur ou dans les tiroirs de l’OFNAC / IGE / IGF / CREI / CENTIF / COUR DES COMPTES de toutes les plaintes, de toutes les dénonciations, de tous les audits concernant les pilleurs de la république appartenant au clan APR, BBY ou œuvrant pour les intérêts directs ou indirects du clan Faye / Sall. A titre d’exemple, les 1836 plaintes, 73 ordres d’ouverture d’enquête, 35 ordres de poursuites judiciaires, qui sont passés par l’OFNAC et mis sous le coude

** Le traitement diligent et complaisant des plaintes introduites par des pilleurs des deniers publics contre des dénonciateurs. La dénonciation d’actes de détournement des deniers publics ou d’enrichissement illicite par des fonctionnaires a été criminalisée sous le régime Sall.

A titre d’exemple, la plainte de Mansour Faye contre le dénonciateur Gas El Salvador, et l’emprisonnement de ce dernier. Non seulement tout le monde voit que Mansour Famille et sa famille sont passés d’un état d’indigence, à un statut d’immensément riche, mais ils ne s’en cachent même pas. La preuve par la ferme à plusieurs milliards de la toute jeune fille de Mansour Faye, et qui s’en vante sur BBC. Comble de la provocation, Mansour Faye nous dit à l’émission Faram Facce qu’il est milliardaire grâce à « ROUY KHALE »

Gas El Salvador a pourtant apporté ses preuves, mais la justice aux ordres lui a reproché que le nombre de preuves est inférieur au nombre d’accusations.

L’autre exemple le plus patent est la plainte de Mame Mbaye Niang surnommé MBAYE PRODAC sur la scène publique. Le carnage financier au Prodac rendu possible par son excès de zèle suspect a été confirmé par l’IGF, par Birahim Seck, par des chroniqueurs, par des journalistes, et tant d’autres.

En effet Mame Mbaye Niang était non seulement le signataire du marché qui s’est avéré hyper surfacturé, mais il est aussi coupable d’avoir émis 5 mois avant l’immatriculation de ce contrat de GREEN 2000, un ordre de service N° 0151/MJECC/SG/CAB/SP qui a permis à LOCAFRIQUE de démarrer les paiements le 30 mai 2016 et de décaisser un premier acompte de 2,3 Milliards, suivi d’autres décaissements. Mame Mbaye Niang a posé d’autres actes sur le Prodac qui ne laissent aucun doute sur ses intérêts dans ce carnage financier.

Il n’y a qu’au Sénégal, et sous le régime prédateur actuel qu’un tel personnage peut se permettre de porter plainte en diffamation contre un dénonciateur parce qu’il aurait dit IGE au lieu de IGF. Dans tout autre pays Mame Mbaye Niang serait non seulement en prison depuis l’éclatement du scandale en 2018. Mais même si ce n’était pas encore le cas, il serait alors emprisonné si il poussait l’outrecuidance jusqu’à aller porter plainte contre un dénonciateur au motif enfantin qu’il aurait dit IGE au lieu de IGF, du nom de l’organe de contrôle ayant épinglé sa gestion.

Mame Mbaye Niang n’a pas que le scandale du Prodac à son compte. Son nom est également impliqué dans un scandale foncier à Pointe Sarene, où 25 hectares sur le patrimoine de l’état (au travers de la Sapco) ont été revendus à 16,4 milliards à l’espagnol Luis RIU, en passant par un intermédiaire pour masquer l’arnaque. Le plus gros de sa fortune proviendrait d’ailleurs de cette opération. Il suffit à tout un chacun de taper dans GOOGLE les mots « Mame Mbaye Niang – Thiamel Ndiadé (son épouse) – Luis RIU – Sapco – Loum Diagne – Pointe Sarene – 25 hectares », et les détails de cette arnaque sortiront

Quand au Sénégal ce sont maintenant les malfaiteurs confirmés qui portent plainte contre ceux qui les dénoncent et les font condamner, il urge de se débarrasser du garant de toute cette mal gouvernance afin que la justice reprenne son rôle de service publique et non plus de « sévices publiques », et que tous ces dossiers mis sous le coude présidentiel y soient retirés afin que les fossoyeurs soient traduits en justice, qu’ils s’appellent Sall, Faye, Niang, Sarr, Seck ou autre.

Seule la lutte libère. Que tous ceux qui tiennent à la bonne gouvernance s’érigent en bouclier contre les velléités d’interdire la candidature de Mr Ousmane Sonko, le seul qui ose s’engager publiquement qu’il rendra le Sénégal aux sénégalais, et qu’il leur restituera les avoirs volés de 2000 à nos jours.

Boubacar SALL

E-mail : [email protected]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Tabaski / L’imam Alioune Samb : “Il faut l’union des cœurs si nous voulons avancer dans ce pays”

XALIMANEWS-L’imam ratib de la grande mosquée de Dakar, El...

Tabaski : Bassirou Diomaye Faye satisfait du climat de paix et de concorde qui prévaut au Sénégal

XALIMANEWS-Le président de la République, Bassirou Diomaye Faye, s’est...

Tabaski : Serigne Mountakha offre 4 béliers à Diomaye et Sonko

XALIMANEWS- La Tabaski est l'occasion des bienfaits et des...