Quand la justice assure la quiétude des pilleurs (Par Boubacar Sall)

Date:

Cette citation d’un célèbe syndicaliste canadien trouve toute sa signification dans ce qui se passe au Sénégal : « Quand des bandits sont au pouvoir, la place des honnêtes citoyens est en prison ».

Ce à quoi nous avons assisté ces derniers mois avec le procès intenté par l’Etat du Sénégal (à travers Mame Mbaye Niang qui n’est qu’une marionnette) contre Mr Ousmane Sonko est la preuve que la gouvernance de Mr Macky Sall a tout fait à l’envers, notamment :

** La légalisation du pillage des ressources publiques

** La criminalisation de la dénonciation du pillage des ressources publiques

Ces deux règles ont été instaurées grâce à une alliance entre l’exécutif et le judiciaire. L’exécutif établit des décrets qui ouvrent les vannes et qui positionnent les prédateurs. Le judiciaire assure la tranquillité des prédateurs et pourchasse les dénonciateurs.

A titre d’exemple :

** Ce sont des décrets qui ont suspendu volontairement les procédures de contrôle des achats publics afin de faciliter le carnage financier du Covid-Gate confirmé par la Cour des Comptes

** Ce sont des décrets qui créent des opportunités de pillage, tels que le Fond Force Covid-19, le Plan décennal de lutte contre les inondations

** Ce sont des décrets qui nomment des pilleurs confirmés comme ils l’ont fait pour presque tous ceux qui avaient été épinglés par la CREI

** Ce sont des décrets qui ont promu des malfaiteurs épinglés par des corps de contrôle. Mame Mbaye Niang (Prodac – Pointe Sarene), Cheikh Oumar Hann (Coud), Mamour Diallo (94 milliards), Mansour Faye (Sen-Eau, CovidGate), et bien d’autres

** C’est le judiciaire qui permet à Mr Macky Sall d’entasser sous son coude tous les dossiers de génocide économique qui concernent les membres de son clan

** C’est le judiciaire qui refuse de traiter ou de s’autosaisir de tous les dossiers de génocide économique provenant des corps de contrôle tels que l’OFNAC / l’IGE / l’IGF / la CREI / la CENTIF / la COUR DES COMPTES et épinglant le clan Faye-Sall-BBY.

** C’est le judiciaire qui refuse de donner suite aux 1836 plaintes, 73 ordres d’ouverture d’enquête, 35 ordres de poursuites judiciaires, qui sont passés par l’OFNAC

** C’est le judiciaire qui s’autosaisit contre ceux qui dénoncent les détournements, ou qui assure leur condamnation après une plainte des pilleurs dénoncés. A titre d’exemple, Boubacar Seye (Horizon Sans Frontière), Pape Alé Niang (Journaliste), Adama Gaye (Journaliste, Chroniqueur), Pape Ndiaye (Chroniqueur Judiciaire), Mody Niang (Chroniqueur), Gas El Salvador (Activiste), l’ont tous appris à leurs dépens.

** Par cette alliance maléfique entre l’exécutif et le judiciaire, il n’y a qu’au Sénégal où un pilleur connu de tous peut s’autoriser de porter plainte pour diffamation alors qu’il a même été rebaptisé du nom de sa victime le Prodac. Ses propres collègues et camarades de parti ont confirmé le carnage, même si ils se sont dédits par la suite, devenus eux aussi de grands prédateurs

Dans tout autre pays Mame Mbaye Niang serait non seulement en prison, mais il risquerait même la perpétuité s’il poussait l’outrecuidance jusqu’à aller porter plainte pour diffamation alors que le pré rapport de l’IGF est on ne peut plus limpide, ainsi que le livre de Birahim Seck sur ce carnage qui a été déclenché par sa signature apposée sur l’ordre de service N° 0151/MJECC/SG/CAB/SP

Mame Mbaye Niang n’a pas que le scandale du Prodac à son compte. Il suffit à tout un chacun de taper dans GOOGLE les mots « Mame Mbaye Niang – Thiamel Ndiadé – Luis RIU – Sapco – Loum Diagne – Pointe Sarene – 25 hectares », pour voir les détails qu’une grosse arnaque portant sur 16,4 milliards et 25 hectares soustraits du patrimoine de la SAPCO. Une bonne partie de sa fortune proviendrait d’ailleurs de cette opération.

Quand au Sénégal ce sont maintenant les malfaiteurs confirmés qui portent plainte contre ceux qui les dénoncent et les font condamner, il urge de se débarrasser du garant de toute cette mal gouvernance afin que la justice reprenne son rôle de service publique et non plus de garant de l’impunité.

Boubacar SALL

E-mail : [email protected]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

[Vidéo] 72 Heures après : Bilan préliminaire du nouveau BRT « sénégalais »

XALIMANEWS-La mise en service du Bus Rapid Transit (BRT)...

Arabie Saoudite : Des mannequins défilent en maillot de bain, une première historique

XALIMANEWS-Des mannequins ont défilé, vendredi, en maillot de bain...