Dakar vendange l’affaire des armes iraniennes à Téhéran : 100 milliards, la rançon du pardon

Date:

Le Sénégal oublie l’affaire des armes iraniennes saisies au Nigeria. Cette affaire avait suscité une vive colère des autorités sénégalaises, qui avaient décidé, dans la foulée, de rappeler leur ambassadeur à Téhéran. La visite à Dakar de Manouchehr Mottaki, il y a quelques semaines, n’avait pas calmé le Président Wade. Mais les arguments déployés par le nouveau chef de la diplomatie iranienne, Ali Akbar Salehi, ont fait mouche. Des espèces sonnantes et trébuchantes ont eu raison du mécontentement de Dakar et tout semble rentrer dans l’ordre. Le Sénégal a ravalé sa colère contre l’Iran. La  «diplomatie du dollar» a eu raison du courroux des autorités sénégalaises. Le prix du pardon est de 200 millions de dollars soit environ 100 milliards de francs Cfa. Le chef de la diplomatie iranienne, Ali Akbar Salehi, envoyé, mardi dernier, auprès du Président Wade, par les autorités de Téhéran, n’a pas peiné pour convaincre ses hôtes à lâcher du lest. La raison de l’argent a prévalu. L’Iran met sur la table un magot dont une partie, à savoir 150 millions de dollars, devrait servir à financer des «projets d’intérêts communs», alors qu’une somme de 50 millions de dollars devrait financer des activités spéciales. Certaines indiscrétions indiquent même que ces 50 millions de dollars devraient servir de cagnotte pour la campagne du Président Wade, à la prochaine élection présidentielle.

En échange, le Sénégal va reconsidérer sa décision, prise en décembre dernier, de rappeler pour consultation son ambassadeur en Iran. En effet, suite à l’arraisonnement par les services de sécurité du Nigéria d’une cargaison contenant des armes de guerre, provenant d’Iran, la tension était montée entre Dakar et Téhéran. Le Sénégal, comme le Nigeria, avait saisi le Conseil de sécurité de l’Onu de cette affaire et avait décidé de rappeler son ambassadeur à Dakar, d’autant que les «explications fournies par les autorités iraniennes ne furent pas satisfaisantes», pour reprendre les mots de Me Madické Niang, ministre des Affaires étrangères du Sénégal. Le Sénégal présumait fortement que les armes étaient destinées à approvisionner les rebelles du Mfdc. D’ailleurs, une mission d’investigations de l’Onu, relativement à cette affaire, est actuellement à pied d’œuvre au Nigeria.

La volte-face du Sénégal apparaît surprenante, tant Dakar s’était montré intraitable sur ce dossier. D’ailleurs, le prédécesseur de M. Abadi à la tête de la diplomatie iranienne, Manouchehr Mottaki a eu à se faire passer au savon par le Président Wade qui l’avait reçu, il y a quelques semaines à l’hôtel Méridien Président de Dakar. Le chef de l’Etat sénégalais avait trouvé le geste de l’Iran inacceptable en raison des relations privilégiées, que le Sénégal entretenait avec le pays des mollahs, mis au ban de la communauté internationale. Ce qui fait que les autorités sénégalaises ont manifesté leur déception, pour avoir souvent essuyé des remontrances, de la part du monde occidental.
Reste à se demander si la colère manifestée à l’endroit de l’Iran ne procédait-elle pas d’une stratégie de faire monter les enchères pour tirer le maximum des Iraniens.
[email protected]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

France : Stéphane Séjourné sur le franc CFA, « Si les pays africains se mettent d’accord pour changer le nom, c’est de la souveraineté des...

XALIMANEWS-Le ministre français Affaires étrangères Stéphane Séjourné a accordé un entretien...

Football-Match amical : le Sénégal en maîtrise face au Gabon (3-0)

XALIMANEWS-Ce vendredi soir à Amiens au stade de la...