Maisons d’arrêt et de correction du Sénégal : L’ADHA alerte sur « des traitements inhumains, cruels, et dégradants »

Date:

XALIMANEWS- Après la libération de 700 détenus politiques et à la suite de témoignages qu’ils ont fait sur des maltraitances qu’ils auraient subi lors de leur incarcération, l’Action pour les Droits Humains et l’Amitié (ADHA) exprime sa profonde indignation « sur des cas de tortures et de sévices corporels subis par ces détenus récemment élargis ».

« Déjà, beaucoup de ces compatriotes arrêtés arbitrairement ont dénoncé diverses maltraitances à leur encontre au moment de leur arrestation, entre les mains des forces de défense et de sécurité (FDS). Entre autres maltraitances physiques, des intimidations et d’autres formes d’abus psychologiques », déplore ADHA.

Les témoignages se poursuivent dans la dénonciation d’autres faits, allant de multitudes cas de retours de parquet non légaux, à leurs conditions carcérales.
« Entassés comme des sardines dans des geôles insalubres et minuscules, ils subissent également un racket lors de l’achat de certains produits de consommation », note l’Ong qui condamne « avec la dernière énergie tous ces actes répressifs, odieux, cruels et dégradants qui sapent le fondement même de la dignité humaine ».

L’organisation s’interroge, d’ailleurs, « sur la question du respect de la loi, conformément aux droits fondamentaux des personnes privées de liberté et au Code de déontologie des forces de défense et de sécurité de 2014 et qui est également valable pour les gardes pénitentiaires ».

Elle demande au « Procureur de la République de s’autosaisir de ces dossiers, ainsi que les organisations de défense des droits humains, afin que de tels faits ne se reproduisent plus ».

Elle exige également que « toute la lumière soit faite, les responsabilités situées et les sanctions appliquées en toute rigueur et en toute impartialité, conformément aux dispositions de notre Code Pénal ».

Profondément préoccupée par l’état de santé de ces détenus libérés et ADHA demande « aux autorités de leur assurer un suivi sanitaire, psychologique et financier afin de permettre leur réintégration correcte dans la société, car nombre d’entre eux ont déjà perdu ou risquent de perdre leur emploi suite à cette longue période passée derrière les barreaux. Avec tous les corollaires liés aux préjugés, aux jugements négatifs, au rejet et à l’isolement qu’ils peuvent encourir ».

Action pour les Droits Humains et l’Amitié « procédera bientôt au lancement d’une campagne d’évaluation globale de la situation carcérale au Sénégal. Cette campagne visera notamment à s’informer et à informer sur la situation et les conditions carcérales de chaque détenu ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Affaire de trafic de drogue : Arrestation de Ndabo, Pédro et Diatta par la DIC

XALIMANEWS-A. Thiam, surnommé « Ndabo », et Dji. Thiam,...

Polémique autour des produits infantiles de Nestlé : Les précisions de la filiale sénégalaise

XALIMANEWS- Alors que les rumeurs enflent sur l'ajout de...

Émigration irrégulière : deux départs déjoués à Kafountine

XALIMANEWS-Le phénomène de l’émigration irrégulière refait surface après une...

Régularisation des enfants sans pièces d’état civil à Malem-Hodar : 2000 cas résolus

XALIMANEWS-Au cours du mois de mars dernier, deux mille...