Quete des 146,1 milliards pour enrayer les inondations Wade secoue « en vain » les Bailleurs de fonds

Date:

Demain, nul ne saurait leur en tenir rigueur, si les Bailleurs de fonds n’assistent pas l’Etat dans sa croisade contre les inondations. En effet, Wade a beau les secouer hier, pour qu’ils se prononcent sur la mobilisation des 146,1 milliards F Cfa nécessaires pour venir à bout des inondations, mais à l’exception de la Banque mondiale, tous les autres partenaires financiers se sont tus et terrés dans un silence de cathédrale.

Sans être un oiseau de mauvais augure, on peut dire, sans risque de se tromper, que résoudre l’épineuse équation des inondations va être un exercice quasi impossible pour les autorités. D’abord, d’après les estimations des techniciens, il faudrait 146,1 milliards de F Cfa pour venir à bout des eaux qui empêchent les populations de la banlieue de dormir du sommeil du juste. Ces fonds serviront à des travaux d’interconnexion des points bas, à l’aménagement particulier de la zone technopole/Dalifort forêt, au dragage des lacs en hauteur, à l’écoulement des nappes qui sont en hauteur et qui ne communiquent pas avec la mer. Aussi, si les autorités ont la chance de mobiliser cette enveloppe, elles pourront affiner le tracé des voies d’évacuation, circonscrire les zones à évacuer, initier un plan de recasement des populations délocalisées et reprendre les pompages des eaux.

La tâche de l’Etat relève d’autant plus d’un exercice de funambule que les bailleurs de fonds, invités massivement à la salle des banquets, ont préféré faire la moue. Se gardant tous, à l’exception de la Banque mondiale, de faire la moindre promesse quant à une quelconque contribution financière au profit du Sénégal. Seul Moctar Thiam de la Banque mondiale a pris la parole, pour dire que son institution financière dispose déjà d’un fonds d’environ 2 milliards susceptibles d’être injectés dans la croisade contre les inondations. Le mutisme des bailleurs de fonds est d’autant plus inquiétant que, lorsque Wade leur a proposé de prendre la parole, nul n’a accédé à sa demande. Et, quand le chef de l’Etat leur a dit : « messieurs les bailleurs de fonds, si vous voulez nous aider, donnez-nous des pompes », là aussi motus et bouche cousue.

Face à ce silence de cathédrale, Wade, en homme rusé, déclare, « eh bien, ce n’est pas grave, parce que je crois que Moctar Thiam de la Banque mondiale a parlé au nom des autres bailleurs de fonds ». Autant dire que, en cas d’inondations, nul ne saurait leur en tenir rigueur, si les partenaires au développement n’assistaient pas l’Etat. Reste maintenant à savoir où l’Etat ira trouver les ressources nécessaires pour réaliser les 12 bassins en eau, aménager les abords des lacs, marais et marigots, restaurer les voies de passage des eaux, viabiliser les 550 hectares, construire 20.000 logements supplémentaires dans un délai de trois ans.

Daouda THIAM

lasquotidien.info

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN 2023

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

La Une des quotidiens du mardi 05 mars 2024

La Une des quotidiens du mardi 05 mars 2024

Effondrement d’un immeuble à Khar Yalla : Quatre personnes arrêtées pour homicides involontaires

XALIMANEWS-L'enquête en cours, dirigée par le commissaire de Grand-Yoff,...

Effondrement d’un immeuble à Khar Yalla : au moins cinq morts enregistrés 

XALIMANEWS-Un immeuble de trois étages situé dans le quartier...