Premier tour du baccalauréat 2010: Rien à signaler aux Parcelles Assainies

Date:

Les épreuves du premier tour du baccalauréat général, session juillet 2010, ont démarré hier, jeudi, sur l’ensemble du territoire national. Les 72.232 candidats au premier diplôme de l’enseignement supérieur du Sénégal ont débuté par l’épreuve de langue vivante 1 (Lv1) qui a duré toute la matinée avant celle d’histoire et de géographie qui était prévue dans l’après midi. Le lycée des Parcelles Assainies qui accueille 1009 candidats, dans les séries l1, l2 , aucun problème majeur n’a été enregistré, confient les responsables du centre, à l’entame des épreuves. Toutes les dispositions ont été prises dans les 3 jurys pour éviter tout dysfonctionnement, a renseigné Moussa Mbaye, le chef de centre.

La 88ème génération de candidats au baccalauréat au Sénégal, a démarré hier jeudi, sur l’ensemble du territoire, les épreuves dites du premier tour de cet examen qui donne droit au premier diplôme de l’enseignement supérieur. Pour cette édition 2010, les candidats inscrits sont au nombre de 72.232, soit 51.777 en séries littéraires et 21.455 en séries scientifiques et techniques. Ils ont planché dans la journée d’hier, sur les épreuves de langues vivantes 1 (Lv1) et celles d’histoire et de géographie dans l’après – midi. Toutes les conditions relatives à la sécurité et à l’organisation ont été prises pour éviter tout dysfonctionnement dans le déroulement des épreuves, a renseigné le Chef de centre du lycée des Parcelles Assainies (Lpa) Moussa Mbaye. Selon lui « Il n’y a pas eu d’impair. Les présidents de jury ainsi que leurs secrétaires sont sur place. Et la sécurité est assurée par un agent de la police affecté pour les besoins de l’examen par le commissariat de Guédiawaye. Et le même assure également la sécurité du lycée ». M.Mbaye ajoutera dans la même lancée : « Nous avons sorti deux notes. L’une adressée aux surveillants par rapport à leur comportement dans les salles, et l’autre destinée aux candidats pour leur rappeler tout ce qui est interdit ».Il a confié également que « les surveillants sont entre 2 et 3 par salle, en fonction de la taille de l’effectif. Quant aux secrétaires, ils sont au nombre de 4 par jury »

Par ailleurs, le chef du Centre Lpa a annoncé l’utilisation de l’outil informatique en lieu et place de l’opération manuelle.. « Cela permet de calculer les moyennes, de connaître les candidats admis, etc ». Il rappelle que le 10 juin dernier, les candidats ont été évalués dans l’épreuve de philosophie au titre des anticipées »

Pour cette édition 2010 du baccalauréat, d’importantes mesures ont été prises pour que l’organisation des examens se déroule dans de meilleures conditions. « C’est ainsi que le paiement à temps des avances d’indemnités, le renforcement de la surveillance par la motivation, l’augmentation des effectifs des forces de l’ordre dans les centres d’examen ont été retenus. A cela s’ajoute l’acquisition d’imprimés sécurisés des relevés de notes et les attestations des admis ».

BACCALAUREAT : CENTRE LYCEE SEYDOU NOUROU TALL

L’épreuve d’anglais jugée abordable

L’examen du baccalauréat général a débuté hier jeudi 1er juillet 2010 sur toute l’étendue du territoire national. Au lycée Seydou Nourou Tall, les épreuves ont débuté dans le calme et la sérénité. Ce centre d’examen est composé de deux jurys : le jury 201 qui regroupe 299 candidats de série L1 et le jury 202 qui en compte 325 de la série L2. A la sortie des salles d’examen les quelques élèves rencontrés ont jugé les épreuves abordables et d’autres ont estimé qu’elles étaient même très facile, si on les compare à celles de l’année dernière.

C’est parti pour le baccalauréat session 2010. Hier jeudi 1er juillet, 624 candidats ont démarré les épreuves au centre Seydou Nourou Tall qui abrite 2 jurys.

Il est 9 heures au Lycée Seydou Nourou Tall. Tout est calme. Quelques personnes déambulaient dans la cour de l’établissement. L’atmosphère était morose. Dans les salles, la concentration était au rendez-vous. Chaque candidat était concentré sur sa copie au moment où les surveillants faisaient des va-et-vient dans la salle. Ils contrôlaient tout fait et geste en faisant des allers et retours, histoire d’avoir à l’œil tout le monde. Les épreuves ont commencé par l’anglais pour ceux qui font L2 et ceux qui ont choisi l’anglais comme première langue, alors que les élèves qui ont choisi l’espagnol ont démarré avec cette matière.

Aux environs de 10 heures, une fille de teint clair est sortie, elle a déjà fini pour une épreuve qui devait durer 3 heures de temps. Le visage radieux, la jeune candidate se cachant sous les initiales de N.D, a trouvé l’épreuve facile. A cet effet elle a soutenu que : « les devoirs que nous faisions en classe étaient beaucoup plus difficiles ». Elle était assise à coté d’un garçon, lui aussi candidat .Ce dernier K.C a abondé dans le même sens en déclarant que : « même un élève de 6éme peut faire le devoir ». K.C d’ajouter que ce qui leur a été soumis n’était pas difficile et pour les questions, ils n’ont pas eu à conjuguer des verbes.

Cette appréciation a été partagée par Mouhamadou Fadel Diop, Pr. d’anglais au lycée Seydou Nourou Tall. Le professeur d’anglais précise que l’épreuve n’est pas difficile car le texte en question traite d’une tradition sénégalaise, le fait de manger en famille autour du bol. Ce qui a tendance à disparaître avec la restauration rapide tels que les Fast Food et les restaurants. Le professeur Diop d’ajouter que les questions sont abordables. Toutefois les élèves doivent faire attention pour ne pas faire des confusions et des erreurs.

Vers 11 heures les candidats ont commencé à sortir en masse. Parmi ceux-là A.D qui composait en espagnol. Elle signale que : « l’épreuve d’espagnol n’était pas difficile, j’ai fait ce j’ai compris ». A.D d’ajouter que l’importance pour le Bac c’est de rester zen car, selon elle, il n’y a pas de matière plus facile que les autres, l’essentiel étant de faire ce qu’on doit faire.

Ce sentiment n’est pas partagé par Seynabou Bâ, candidate libre qui a trouvé l’épreuve pas du tout facile. La candidate d’expliquer « l’anglais n’a jamais était ma matière, je faisais la Série scientifique avant de virer en L »

BACCALAUREAT 2010

Coup d’envoi aux lycées Kennedy et Blaise Diagne.

Les deux établissements scolaires Kennedy et Blaise Diagne ont débuté hier, jeudi 1er juillet, les épreuves de Bac . Les candidats au niveau des deux centres, ont planché sur les sujets. Les séries littéraires ont débuté avec langue et les séries scientifiques avec les sciences physiques. Tout s’est déroulé normalement.

Les Candidats du baccalauréat ont entamé, hier jeudi 1 juillet leurs premières épreuves écrites. Au Lycée John Kennedy, ils étaient 1040 candidats. Mme Hafsatou Sall Djigo, proviseur de ce lycée, nous assure qu’ils ont reçu les épreuves à temps. Elle n’a constaté aucun dysfonctionnement, ni de fraude. « Avec l’aide de l’inspection départementale de l’éducation nationale, on n’a pas eu de problème de surveillant, nous avons également sollicité l’aide de nos professeurs, surveillants, qui nous ont prêté main forte » a-t- elle affirmé. Ce centre est composé de trois jurys : 195, 203, et 204. Le président du jury 203, M. Mounir Sy déclare, qu’ils ont démarré avec un léger retard, notamment à 08h 30mn. « On a accusé du retard au niveau de la distribution des copies » a-t-il précisé. Huit absences ont été notées au de son jury.

Ainsi, trois séries, L2, L1 A, et L1 B composent dans cet établissement. Les candidats ont planché sur l’épreuve de langue. Au programme, entre autres, l’anglais, l’espagnol, l’arabe, l’allemand et le portugais. Selon M. Djigo, les candidats semblent se retrouver. « Ils ont l’air calme et serein, je n’ai pas constaté un comportement anormal depuis ce matin » dit-elle. La plupart des candidats ont jugé les épreuves assez abordables. Raki Thior, une candidate libre, élève infirmière dans un institut de formation de la place, affirme que l’épreuve d’anglais est acceptable. Et Aminata Sarr d’ajouter « je pense qu’on en est sorti pour cette première épreuve, ce n’était pas trop difficile ».

Par ailleurs, sur le plan de la logistique, tout a été bien préparé. Selon l’intendant du lycée Kennedy, M. Abdoulaye Ndiaye, les candidats n’ont pas traîné dans la cour à leur arrivée. Car toutes les salles de classes ont été préparées, et toutes les table-bancs ont été réfectionnées. « On a procédé à la vérification de l’électricité, et des lampes, car les épreuves vont jusqu’à 19 h ».

Du coté du lycée Blaise Diagne, où compose la série S2 , les candidats, pour la plupart ont trouvé les épreuves un peu difficile. « On a traité ce genre d’exercice en classe, mais j’avoue que il y’a une différence sur certains points » a souligné Ndéye Moussane Ndiaye, candidate en S2. Pour Natou Dramé, les sujets étaient abordables. Malgré cela ils espèrent tous avoir les 220 points, leur permettant de franchir les portes de l’université. Les 801 candidats de ce centre répartis en deux jury, 211 et 212, ont affiché confiance et sérénité, selon son président, M. Mbodj.

Le principal M.El hadji Idrissa Diop, rencontré sur place, avoue que la préparation du baccalauréat était éprouvante. Selon lui, la logistique a été très onéreuse. « On a recyclé les table bancs qui étaient cassées, réparé dans certaines salles des lampes, certains circuits d’électricité étaient défectueux » a-t-il avoué. Il a également relevé un problème avec d’émargement des élèves, mais avec l’aide de son personnel, il a pu maîtrisé la situation. Sur le plan sécurité, un agent de police du commissariat de point E a été détaché.

SEDHIOU : DEMARRAGE CORRECT DES EPREUVES DU BACCALAUREAT GENERAL

L’inspection d’académie rassure un déroulement sans faille

Comme il est le cas pour tous les élèves du Sénégal en classe de Terminal, ceux de la région de Sédhiou se sont également rendus hier jeudi 1er juillet à leur centre d’examen de fin d’études secondaires. Le baccalauréat qui a débuté dans de très bonnes conditions, selon l’inspecteur d’académie, se poursuit ainsi dans les quatre centres de la région.

La région de Sédhiou compte 1580 candidats dont 401 filles inscrits pour l’examen du baccalauréat au titre de la session de juillet 2010. Le centre du lycée Ibou Diallo, l’unique dans la commune de Sédhiou accueille un effectif de 911 candidats dont 239 filles dont 24 absents. A Goudomp 423 ont effectivement composé sur les 427 inscrits soit 4 absences, Bounkiling 189 inscrits dont 86 filles et 8 absences et enfin à Marsassoum, 52 candidats ont effectivement composé sur les 53 inscrits.

Et comme à l’accoutumée, les autorités ont procédé à la visite traditionnelle des centres d’examen. Le gouverneur de région Cheick Kane Niane était accompagné du président du Conseil régional, du préfet du département, du maire de la commune, de l’inspecteur d’académie adjoint, de l’inspecteur départemental, du président de l’association régionale et départementale des parents d’élèves, des représentants des organisations syndicales et de la presse. Au centre du lycée Ibou Diallo l’inspecteur d’académie adjoint Papa Baba Diassé a fait constater un bon déroulement des examens « comme vous le voyez, ici, dans ce centre qui abrite trois jurys, les épreuves ont débuté à l’heure, en présence du chef de centre, des présidents de jury, des surveillants convoqués par l’inspection départementale. Rien n’est donc à signaler ».

Interrogé sur la situation dans les autres centres de la région, M. Diassé a indique que « la coordination par téléphone avec les chefs de centre des lycées de Goudomp, Bounkiling et Marsassoum, a permis de constater que l’examen se déroule normalement ».

Et d’ajouter « cette année, la région compte trois centres principaux (Ibou Diallo, Goudomp et Bounkiling) et un centre secondaire à Marsassoum. Le taux de présence est satisfaisant. Les candidats dans les séries scientifiques représentent 09,43% ».

Au sujet des dispositions sécuritaires, Papa Baba Diassé révèle que « rien n’est laissé au hasard pour assurer une très bonne sécurité du déroulement des examens ».

Les élèves quant à eux trouvent les épreuves quelque peu abordables, les parents croisent les doigts et prient pour le succès de leurs enfants afin de dépasser les performances de l’an dernier jugées peu fameux.

http://www.sudonline.sn/

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Tamba : Deux jeunes meurent à cause des fortes pluies

XALIMANEWS-Le début de la saison hivernale a apporté une...

100 jours: Sonko demande à chaque ministre de présenter un bilan

XALIMANEWS-Le premier ministre ne lache pas le marquage à...

Sénégal : Seul 0,6% de la population parle le français, selon l’ANSD

XALIMANEWS-L'Agence nationale de la statistique et de la démographie...

Insultes, propos outrageants ou injurieux : le CNRA met en demeure producteurs et médias 

XALIMANEWS-Le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA) a...