Réintroduction du poste de premier ministre : Macky Sall entre errements et amateurisme (Par Seybani Sougou)

Date:

« Le plus grand drame de Macky Sall, c’est qu’il est un médiocre qui s’ignore »
En 2019, de nombreux analystes, juristes, observateurs, et membres d’organisations de la société civile se sont « insurgés » contre la suppression du poste de premier ministre. L’argument loufoque brandi par les partisans du régime à l’époque (dont le juriste tailleur Ismaëla Madior Fall) pour justifier la suppression du poste de Premier Ministre était soi-disant la volonté d’accélérer « la cadence en mode fast track, de réaliser des économies, d’assurer une meilleure efficacité de l’action gouvernementale et de permettre au président d’être responsable directement devant les Sénégalais ».
2 ans après, la montagne a accouché d’une souris et le monde s’effondre autour de Macky Sall qui fait un virage spectaculaire à 180 degrés.  La réintroduction du poste de 1er ministre, est la preuve si besoin en était, de l’inconséquence, de l’incompétence, du tâtonnement et de l’amateurisme de Macky Sall. Macky Sall ne gouverne pas le Sénégal : il s’inscrit depuis 2012, dans un pilotage à vue qui traduit une forme d’immaturité et d’inconscience rare chez un dirigeant (cet incompétent assimile la Constitution sénégalaise à un jouet et un torchon qu’il peut manipuler à sa guise). Ses errements sont néfastes pour le Sénégal, car les incidences juridiques de la réintroduction du poste de premier ministre sont énormes. La 1ére conséquence une nouvelle réécriture de la Constitution (de nombreux articles sont impactés) :

Tous les articles abrogés qui faisaient référence aux prérogatives du Premier ministre ou liées à sa fonction, suite à la promulgation le 14 mai 2019, de la loi constitutionnelle portant suppression du poste de premier ministre devront être réintroduits dans la Constitution : articles 49, 50, 51, 53, 54, 55, 56, 57, 63, 76, 80, 81, 82, 83, 84, 85, 86, 87, 101, 103…etc

Par ailleurs, à titre d’exemple, l’ARMP (autorité de régulation des marchés publics) qui avait été rattachée à la présidence de la République suite à la suppression du poste de premier ministre devra (avec la réintroduction du poste de PM) être rattachée à la primature. En effet, le rapport de présentation du décret n°2020-968 du 20 avril 2020 modifiant le décret n°2019-910 du 15 mai 2019 portant répartition des services de l’État a acté formellement le rattachement de l’ARMP à la présidence de la république.

Conclusion :
Avec la réintroduction du poste de Premier Ministre, ce dernier doit retrouver ses prérogatives d’antan. Tous les articles de la Constitution abrogés concernant le premier ministre seront réintroduits et un décret de répartition des services devra prendre en compte la nouvelle donne. Nous sommes à 2 ans et quelque des présidentielles de 2024, et l’hypothèse selon laquelle la réintroduction du poste de 1er ministre serait liée à un projet politique inavoué est à prendre très au sérieux, car Macky SALL qui nous a habitué à toutes sortes de forfaitures, verse constamment dans le mensonge, la ruse et la dissimulation. Il convient de faire preuve d’une extrême vigilance quant au projet de texte : chaque article sera scruté. Que ce soit clair : tout éventuel projet pour baliser la voie à un « dauphin », sera combattu avec férocité. 
Seybani SOUGOU – E-mail : [email protected]

2 Commentaires

  1. Sougou et toujours ses imbéciles sougoueries…. Redescends de ta planète Mars vieux con ! C’est le pays entier qui réclamait le retour du poste de PM. Ça va être fait et on passe à autre chose. À la prochaine connerie de sougouerie…

  2. La constitution a été touchée à plus de 5 fois sous macky sall comme le prétendait dire abdou mbaye ancien PM. Seulement entre 2016 date d’entrée en vigueur de la nouvelle révision constitutionnelle et 2019 avant les élections présidentielles , la constitution a été tripatouillée 15 fois par macky sall. Et cela est une affirmation du Pr Babacar kanté ancien membre du conseil constitutionnel lors d’un séminaire organisé par dudit institution » Ancien membre du Conseil constitutionnel, le Professeur Babacar Kanté, qui animait le séminaire, trouve que le débat sur les questions électorales est souvent biaisé. «Si quelqu’un rédige sa Constitution et la soumet au peuple qui l’approuve à 99% ; et qu’il se permet de la tripatouiller 15 fois en si peu de temps, et que personne ne dit rien, il y a problème», martèle le Pr Babacar Kanté. » voici le lien: https://www.seneplus.com/societe/si-quelquun-redige-sa-constitution-quil-tripatouille-15-fois-en.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Le Président Bassirou Diomaye Faye face à la presse ce samedi

XALIMANEWS-Le Président de la République, Bassirou Diomaye Faye, fera...

Recommandations des Assises-Réformes judiciaires : Bassirou Diomaye Faye annonce une révision constitutionnelle

XALIMANEWS-Lors du Conseil des ministres, d’hier mercredi, le chef...

Vaste opération d’audit au Sénégal : Plus de 70 entités sous inspection, plus de 30 inspecteurs de l’IGE mobilisés 

XALIMANEWS-Au Sénégal, une vaste opération d'audit est en cours,...