Sénégal : ce pays où il y a plus de saints que d’intellectuels

Date:

Le drame d’un intellectuel digne de ce nom, c’est qu’il préfère se tromper seul que de se tromper avec la foule. Car son essence est la pensée, la pensée critique, l’analyse lucide et objective, le courage de mettre ses idées et celles d’autrui en péril, bref tout ce qui rebute à la foule. Un intellectuel qui renonce à ces exigences renonce en même temps à son essence d’intellectuel, il n’est plus qu’un lettré ou un produit des universités qui vit de ce qu’il récolte comme dividende lorsqu’il cède au chantage affectif des meutes ou des miettes qu’il reçoit dans le travail à la tâche qu’il exécute au profit du plus offrant.

Un intellectuel digne de ce nom n’a jamais peur de perdre ses moyens de vivre, ce qu’il redoute par-dessus tout, c’est de perdre ses raisons de vivre, à savoir sa liberté et sa quête non négociable de la vérité. Un intellectuel qui abdique devant la furie de la foule est un apostat, un hérétique de la raison. Gustave le Bon a dit que « Céder une fois à la foule, c’est lui donner conscience de sa force et se condamner à lui céder toujours » : voilà comment naissent tous les monstres, toutes les tyrannies et toutes illusions mortelles qui condamnent les peuples à des sacrifices inutiles et atroces.

On ne pense pas avec la foule, on pense contre elle et ce, précisément parce qu’elle ne pense pas, elle se passionne. Se faire aduler par la foule est la chose la plus facile, car même un pervers en fait plus que les saints. Au Sénégal on ne peut plus discuter car tout se ramène à une histoire de posture partisane : nous militons pour les personnes et les obédiences plus que pour la vérité. Un pays où il y a plus de saints que d’intellectuel peut toujours rêver d’abriter le peuple béni ou élu de Dieu, mais le développement sera une chimère pour lui.

Hannah Arendt a dit que « La société de masse ne veut pas la culture mais les loisirs » : les media sont largement coresponsable de ce pan-loisir qui non seulement empêche de penser, mais transforme le loisir en pensée ; le spectacle en norme de vie ; l’audimétrie en divinité. Parlez des choses de l’esprit on vous trouvera non seulement étrange, mais rêveur dangereux pour la machine du progrès. 

Alassane K KITANE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Aïssata Tall Sall : du rêve au cauchemar ! (Alassane Kitane)

Cette dame que tous les Sénégalais voyaient comme une...

La bonne gouvernance est l’effet de la culture ; le vol et la concussion aussi !

Dénis Diderot a dit, «  Plus vous trouverez de...

De l’anarchie mentale à l’anarchie sociale, On ne gère pas une République par de la rhétorique juridique

C’est un signe d’immaturité de l’esprit, dans sa quête...

L’homme et la nature : quand le mythe de l’homme tue l’humanisme par Alassane Kitane

L'humanisme ne saurait être circonscrit à l'épanouissement des facultés...