Niger: la junte se veut rassurante, le président renversé « va bien »

Date:

Les militaires putschistes du Niger contrôlaient Niamey dans le calme vendredi après avoir laissé présager un retour à la démocratie et ont assuré que le président renversé Mamadou Tandja détenu dans une caserne était sain et sauf.


Un « Conseil suprême pour la restauration de la démocratie (CSRD) » a pris le pouvoir jeudi dans des combats qui ont fait au moins trois morts après des mois de crise politique.

Le Conseil militaire s’est voulu rassurant quant à la situation vendredi après-midi, annonçant notamment la levée du couvre-feu et la réouverture des frontières terrestres et aériennes du Niger, par son porte-parole le colonel Goukoye Abdoulkarim.

La situation au Niger est « sous contrôle » et il n’y a « pas de dissidence », a-t-il dit à des journalistes dont l’AFP. Il a précisé que des ministres arrêtés jeudi soir allaient être relâchés « incessamment ».

« M. Mamadou Tandja est retenu dans un bureau (…) il se porte très bien. Il a pu voir son médecin, son état de santé est bon et normal », a par ailleurs déclaré à l’AFP un officier dans la caserne où la junte a établi son quartier général, au sud-ouest de Niamey.

La junte a annoncé tard jeudi soir sa décision de « suspendre la Constitution de la sixième République » – instaurée l’an dernier par M. Tandja pour rester président coûte que coûte.

Vaste pays du Sahel, le Niger est un des Etats les plus pauvres du monde, mais c’est aussi le troisième producteur mondial d’uranium.

Dès vendredi, le parti du président nigérien déchu a reconnu la prise de pouvoir de la junte tandis que d’autres dirigeants politiques espéraient que l’éviction de M. Tandja déboucherait rapidement sur une démocratisation après une grave crise politique en 2009.

Le parti de M. Tandja, le MNSD, a déclaré que le putsch avait été une surprise, a dit espérer des soldats qu’ils soient « justes » et a invité ses partisans à être « sereins ».

« Nous attendons que les militaires soient équitables et justes et que les conditions d’une transition se passent de manière démocratique », a déclaré Ali Sabo, vice-président du Mouvement national pour la société de développement, sur une radio privée.

Niamey était calme vendredi matin, selon un correspondant de l’AFP.

Quelques blindés et des véhicules tout terrain équipés de mitrailleuses étaient déployés pour garder des lieux stratégiques comme la présidence, les ministères, des résidences officielles et l’état-major de l’armée.

Si le quartier était quasiment désert, la situation était proche de la normale dans des quartiers populaires.

AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DEPECHES

DANS LA MEME CATEGORIE
EXCLUSIVITE

Rapatrié de la France, Imam Kaba en garde à vue à la Dic

XALIMANEWS-L’étau se resserre autour du prêcheur "radical" Sénégalais, Imam...

Justice : Viviane Chidid condamnée à payer plus de 16 millions F CFA à Nsia Assurance 

XALIMANEWS-La chanteuse Viviane Chidid a perdu un procès contre...

Espagne / Passeports : Un véritable casse-tête pour les Sénégalais d’Espagne (Par Momar Dieng Diop)

Depuis quelques années, les Sénégalais d’Espagne font face à...